FacebookTwitterBlogPinterest

PHPA

Ronan Guillou — 10.2011RonanGuillou_PHPA2011

Ronan Guillou

Il se dirige lentement vers la mystérieuse intruse,
S’interpose entre elle et la faible lumière
Que diffuse la fenêtre close et voilée de la 64.
Son ombre ne parvient à obscurcir la créature diaphane.
Apparition fugitive, présage ?
Elle reste silencieuse. Ce qui l’arrange,
Il n’est pas frais pour un bavardage.
Illusion spectrale, effet secondaire du jet-lag ?
Elle n’a rien d’une cambrioleuse.
Se cherchait-elle un refuge pour s’abriter du déluge
Qui s’éternise sur l’été parisien ?
Il croit l’entendre disparaître
Quand il s’endort en l’observant du lit voisin.

Remerciements
Stéphanie Duval, Jenna et Emilie

Hôtel du Panthéon
Octobre 2011

Portfolio

English Version