FacebookTwitterBlogPinterest

PHPA

Valentine Vermeille - 11.2006

Valentine Vermeil

LA CHAMBRE D’HOTEL

C’était les draps froissés d’une chambre d’hôtel, universels. Cela aurait pu être le minibar ou la télé. Les draps amidonnés un peu rêches au couché, qui se seraient froissés dans la nuit. Cela avait été une nuit ordinaire pourtant, un peu arrosée pour fêter l’occasion. Après une glace et la promenade du Panthéon, on était rentré, dans nos petits lits bien fait avec les draps serrés.
Le matin, ils avaient parlés, ils s’étaient défaits et emmêlés.

Hôtel du Panthéon
Novembre 2006