Enora Alix a eu droit à une sévère correction de la part de Sophie Davant cette semaine dans Affaire conclue. L’animatrice qualifie en effet la commissaire-priseuse comme une « briseuse d’espoirs ». On fait le point pour vous !

Décidément, les spécialistes d’Affaire conclue ne font pas toujours l’unanimité, même auprès de leur collègue. Cette semaine, c’est Enora Alix qui s’est fait recadrer cash par Sophie Davant sur France 2. Le tout sous le regard surpris du vendeur. Décryptage.

Une émission qui cartonne sur France 2

Ils sont des milliers à se retrouver chaque après-midi devant France 2 pour suivre de nouvelles enchères. Les vendeurs se bousculent dans l’émission pour céder de vieux objets auprès des acheteurs de l’émission. Mais avant de passer dans la fameuse salle des ventes, leurs objets sont soumis à une expertise. Et là, ce sont les commissaires-priseurs qui interviennent pour donner leur estimation. Mercredi dernier, Xavier s’est rendu sur le plateau de Sophie Davant pour la seconde fois.

Ce jour-là, le retraité de 64 ans est venu pour céder une imposante coupe en verre dont la valeur d’estimation était bien loin de ses attentes. Le participant a eu du mal à cacher sa déception face à Enora Alix. À l’issue de son analyse, l’experte a indiqué : « En termes de valeur, le marché apprécie les signatures de renom. Là, on va avoir une petite signature donc c’est plus un intérêt décoratif ». Et l’animatrice vedette de France Télévisions de commenter : « Est-ce que vous allez nous fournir une estimation extravagante ? Ça nous ferait plaisir pour une fois ! ». 

Le holà de Sophie

Enora Alix enchaîne en expliquant : « Il me faut une signature extravagante. Elle dégage un charme très esthétique, il faut la défendre ». Après quoi, la commissaire-priseuse a annoncé une estimation de 150 euros. Une somme qui a visiblement déçu Xavier. Le senior s’attendait selon lui à une valeur comprise entre « 250 et 300 euros » du fait de sa structure imposante et ses immenses coupes. Comme il le souligne : « On n’en voit pas souvent des coupes comme ça ».

Pour consoler le vendeur, Sophie Davant a souligné que son objet allait sans doute attiser les convoitises et qu’il pourrait récupérer plus d’argent. Une réflexion à laquelle sa collègue experte en objet d’art n’était pas d’accord. Choquée par la réaction du spécialiste, la blonde de 58 ans a sorti ses griffes en lâchant : « Quoi ? Ne soyez pas pessimiste, cessez de briser les espoirs ! ». Malgré tout, le vendeur repart, satisfait avec la jolie somme de 275 euros !