Difficile pour Nagui de cacher ses émotions cette semaine face à un challenger de N’oubliez pas les paroles. La carrure du candidat a fait « peur » à l’animateur…

En plusieurs années de carrière à la télévision, Nagui en a vu de toutes les couleurs ! Cette semaine, l’animateur a eu droit à une autre surprise de la part d’un candidat venu tenter sa chance dans N’oubliez pas les paroles. Il faut dire que son physique n’a pas laissé le mari de Mélanie Page indifférent !

NOPLP de retour à l’antenne

Le tournoi Roland-Garros a pris fin dans la journée de ce 13 juin. Pour les fans de la balle jaune, la déception est immense, car ils vont devoir attendre plusieurs semaines avant de retrouver leurs joueurs préférés. Mais pour les inconditionnels de N’oubliez pas les paroles, la fin de la compétition est synonyme de soulagement. En effet, ils ont été privés de leur programme favori depuis la diffusion des matchs. Et ce, pendant plusieurs jours.

Sur Twitter, les fans ont été nombreux à se plaindre de la déprogrammation de la célèbre émission de karaoké. Depuis le début de la semaine, l’émission présentée par Nagui a donc repris à l’antenne. Et c’est un nouveau maestro qui tire les ficelles depuis l’élimination de Geoffrey. Pour l’heure, Alexandre a droit à des commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux. Mardi dernier, un certain Mikaël est venu pour tenter de le détrôner. Ce dernier a impressionné le public avec son physique : un alliage entre un joueur de hockey et un rugbyman.

« Moi, il me fait peur »

Avec sa longue barbe particulière et sa carrure imposante, Mikaël a impressionné l’audience, mais aussi l’animateur. Ce dernier a d’ailleurs lâché : « Heureusement que ce n’est pas un combat de catch », sur une note d’humour. « Même pas peur », a commenté Alexandre tout souriant. « Moi, il me fait peur », a reconnu Nagui, visiblement angoissé. Heureusement, le principal intéressé semblait très gentil et chaleureux.

« Costaud, et chauffeur routier » a ensuite indiqué le présentateur vedette de France Télévisions. Avant d’ajouter : « On les imagine toujours aussi musclés et imposants que leur 40 tonnes… Moi, quand je les croise, je les laisse passer tranquille, d’autant qu’ils déboitent toujours lorsqu’il ne faut pas ». Des remarques que Mikaël a approuvées sans aucune once d’hésitation !