La vie n’a pas toujours été rose pour Olivier Minne. Récemment, l’animateur s’est confié sur les difficultés financières qu’il a rencontrées par le passé. À l’époque, il ne pouvait même plus « payer son loyer ». Retour sur ce témoignage poignant !

Le weekend dernier, Olivier Minne a fait des révélations fracassantes au micro d’Isabelle Morizet sur Europe 1. Le présentateur de Fort Boyard a enchaîné les petits boulots et connu plusieurs difficultés financières avant de rejoindre France 2. Le point à travers cet article !

Olivier Minne : un « faux » chef barman

Cela fait une trentaine d’années qu’Olivier Minne a fait carrière à la télévision. Tout commence dans les années 90, où il démarre sa profession en tant que speaker sur Antenne 2. De cette expérience, il sortira deux ouvrages intitulés La saga des speakerines (1996) et Speakerines, une histoire de femmes à la télévision (2018). Les années se sont écoulées et en 2003, il devient la figure emblématique de l’émission du père Fouras. En parallèle, l’animateur va co présenter Tout le monde a son mot à dire une quinzaine d’années plus tard. Mais son parcours a été parsemé de plusieurs embûches, comme il l’a confessé au micro d’Isabelle Morizet le 12 juin dernier.

Au cours de cet entretien, le présentateur de 54 ans est revenu sur la fois où il travaillait en tant que chef barman chez Maxim’s ! Un boulot pour lequel il n’avait jamais été formé. Cependant, il a dû l’exercer pour pouvoir payer son loyer de l’époque. Très vite, les clients ont réalisé l’entourloupe. Comme le souligne l’invité du jour : « Les clients se sont rendu compte qu’il n’y avait pas de chef barman ! Je concoctais donc diverses recettes de cocktails l’après-midi pour m’entraîner (…). Le pire c’est que je les renversais sur les clients ! ».

« Je n’étais plus en mesure de régler mon loyer ni ma bouffe… »

Passionné depuis toujours par le théâtre, Olivier Minne est toujours resté vigilant dans sa carrière télévisuelle. Il a en effet été victime de plusieurs désagréables surprises. Comme l’explique le collègue de Passe-partout : « La télévision a été aimable avec moi, méchante parfois, quelquefois même très agressive (…). Je me suis toujours méfié de la lumière. Selon moi, elle est dangereuse, et je suis content d’avoir conservé cette prudence », avoue-t-il de sa voix posée. L’animateur enchaîne en affirmant : « J’ai vécu des épreuves difficiles. Je ne gagnais plus d’argent. Je n’étais plus en mesure de régler mon loyer ni ma bouffe. Les personnes que je croyais être mes amis m’ont tourné le dos ». Heureusement, avec son job de barman, il a réussi à remonter la pente. Sorti de l’impasse, il a pu ensuite s’adonner à sa véritable passion. Aujourd’hui, il est l’un des présentateurs préférés de France Télévisions.