Bernard Tapie souffre actuellement d’un cancer de l’estomac et de l’œsophage. Une maladie douloureuse qu’il avoue être très difficile à surmonter. Aujourd’hui, il confie à ses proches qu’il n’a plus peur de rejoindre l’au-delà…

Cela fait maintenant trois ans que Bernard Tapie mène un combat difficile : lutter contre son cancer. Heureusement, il peut compter sur le soutien indéfectible de ses amis et proches. C’est par exemple le cas de Jean-Claude Dassier, ancien responsable auprès du groupe TF1, avec qui il était au contrôle de l’Olympique Marseille. Son acolyte n’a pas hésité à se livrer auprès de ce dernier concernant ses souffrances.

« Mes tumeurs avaient doublé avec des métastases »

Jean-Claude Dassier s’est livré au sujet de l’état du politicien de 78 ans : « On a connu des heures glorieuses. J’allais régulièrement voir des matchs avec lui. Il traverse une épreuve difficile, j’espère qu’il s’en sortira ». Toujours selon cet ami de l’homme d’affaires, Bernard Tapie envisagerait lui-même « la mort, quelque chose dont il n’a plus peur ». Et de poursuivre : « Il le fait avec une grande classe et il mérite un coup de chapeau » lors de son passage dans l’émission « Que sont-ils devenus ? » sur Non Stop People.

Quoi qu’il en soit, l’homme d’affaires lui-même s’est livré au sujet de sa maladie. Au mois de janvier dernier, il était convié par Laurent Delahousse sur le plateau de « 20 h 30 le dimanche ». À l’époque, le compagnon de Dominique avait souligné : « On attend, on cherche. Les thérapies qui étaient efficaces ont fait leurs preuves. J’avais perdu 75 % de mes tumeurs. Deux mois après, elles avaient doublé avec des métastases ». 

Bernard Tapie ne baisse pas les bras

Malgré tout, il est hors de question pour l’ex-boss de l’OM de se laisser abattre. Au contraire, il poursuit son combat et tente de trouver le côté positif de la situation pour essayer de surmonter son cancer. Comme il en témoigne : « Ce que les cancéreux doivent savoir, c’est qu’il y a beaucoup de petits laboratoires qui développent les recherches sur les nouvelles molécules. En seulement huit jours, ils peuvent trouver ». Une chose est sûre : en dépit de sa maladie, Bernard Tapie tente de transmettre des messages d’espoir à ceux qui souffrent de cette pathologie, car il sait qu’il y en a beaucoup comme lui.