L’ambiance était explosive cette semaine sur le plateau de « Touche pas à mon poste ». En effet, Cyril Hanouna était complètement indigné devant les propos virulents de son invité. « On m’a jamais parlé comme ça », s’est-il exclamé. On fait le point pour vous.

Mercredi dernier, Cyril Hanouna était aux commandes d’un nouveau numéro de « Touche pas à mon poste » sur C8. Ce jour-là, le débat tournait autour du sujet relatif au passeport vaccinal. Un thème de discussion sensible qui a vite créé un clash entre les chroniqueurs et l’invité du jour. On vous dit tout !

Ces propos de Fabrice Di Vizio qui ne passent pas…

Mercredi dernier, Cyril Hanouna accueillait deux nouveaux invités sur le plateau de Touche pas à mon poste. Il s’agit de Robert Sebbag, médecin spécialiste en infectiologie à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière et Fabrice Di Vizio, avocat. Le thème de débat de cette journée concernait le passeport vaccinal. Faut-il en disposer pour pouvoir obtenir son ticket de voyage, au cinéma ou pour le resto ?

Dès son arrivée, l’avocat semblait très en colère et affichait une mine irritable le long de l’émission. Ce dernier ne comprend pas pourquoi l’État se concentre sur une pandémie comme celle du Coronavirus alors que d’autres maladies bien graves existent. À ce propos, il a fait la comparaison avec la tuberculose.

L’invité a ensuite affirmé : « Imposez un passeport vaccinal pour toutes les épidémies si vous en êtes là ». Il trouve cela déplorable que le problème soit vu à partir des conséquences et non des causes. Pour illustrer ses arguments, l’avocat a indiqué : « Donc à un moment donné, la panique générale s’installe, et vous estimez que ce mouvement de panique conduit à l’action publique. Mais vous êtes dingue ! (..)« .

Séances de débats houleux sur TPMP

À la suite de ces déclarations, Cyril Hanouna a affirmé sur une note d’humour : « On ne m’a jamais parlé comme ça ! ». Mais son interlocuteur n’a pas fini de déballer sans sac. Il poursuit en expliquant : « En 1914, le Conseil d’État a pris une décision intéressante, il y a une formule qui a traversé les années depuis 1914. En France, la liberté est la règle, la police l’exception. Il faut dire que le monde était un peu dans la merde cette année-là ».

De nature taquine, l’animateur lui a répliqué : « Il y a pas mal de choses qui vous énervent », cherchant à apaiser les tensions. Le long de ce débat, le père de Lino et Bianca a mis plusieurs fois en garde ses chroniqueurs de ne pas provoquer Maître Di Vizio. Mais les choses n’ont pas manqué de dégénérer. En effet, dans la suite de ce numéro, les inconditionnels ont été témoins d’un accrochage entre l’avocat et Benjamin Castaldi. Cette fois, le sujet tournait autour de la crise et des impacts du Covid-19. Le mari d’Aurore Aleman s’est ainsi exclamé : « Ouvrez les yeux sur le monde ».