Claire Chazal a récemment recadré Luc Ferry de manière cash cette semaine sur France 5. « Taisez-vous ! » lui a lancé la journaliste de 64 ans, sur une note d’humour. On revient sur cette séquence marquante de l’actualité pour vous !

Lundi dernier, les inconditionnels de « Passage des arts » ont appris avec stupeur que Luc Ferry n’appréciait guère l’art contemporain ! Une séquence culte diffusée sur France 5 qui a également été marquée par une réaction inattendue de Claire Chazal.

« Ils sont bluffés par le pognon, c’est tout… »

Difficile pour Claire Chazal de ne pas réagir cette semaine sur le plateau de France 5. Au début de la semaine, l’ancien ministre Luc Ferry est parvenu à faire sortir l’ex-femme de PPDA de ses gonds ! À la suite d’un reportage consacré à la Fondation Cartier à Paris, le philosophe a émis des réflexions négatives à l’égard de l’art contemporain. Il faut dire que l’invité du jour n’admire guère ce type de culture.

Comme il l’a précisé devant la mère de François : « Je déteste ça ! », en éclatant de rire. De quoi vexer la mère de famille qui ne pouvait s’empêcher de réagir : « Et il s’en vante… angoissant ! ». Après quoi, l’ancien ministre qui a officié sous le mandat de Jacques Chirac a décidé de vider son sac en ajoutant : « C’est à 99 % une monstruosité de snobisme. Les personnes sont contraintes de dire que c’est immense, car ça coûte très cher et qu’ils sont bluffés par le pognon, c’est tout ! », balance-t-il sans la moindre once d’hésitation.

« Je ne suis pas toujours aussi odieux tout de même »

Face à autant de laisser-aller, Claire Chazal a pris la décision d’intervenir pour l’interpeller : « Arrêtez ! Taisez-vous ! », en affichant un léger sourire. Sans succès ! « Lorsqu’on voit une espère de truc absurde de Jeff Koons, le “Dog balloons”, qui se vend 53 millions de dollars, les gens se disent : “Ah bah si je ne trouve pas ça formidable, c’est que je suis stupide !”, enchaîne le compagnon de Marie-Caroline Becq de Fouquières. “Il faut avouer la vérité là-dessus. Ça se vend très cher, donc ça fascine les blaireaux. C’est ‘l’art capitaliste’, disait Schumpeter”, finit-il par conclure, avant de rassurer l’ancienne journaliste de TF1 : “Je ne suis pas toujours aussi odieux tout de même”.