Dans l’un des derniers numéros d’Affaire Conclue, François-Xavier Renou a usé d’une drôle d’approche pour contrer Julien Cohen. On fait le point pour vous !

François-Xavier Renou a trouvé une technique ingénieuse pour canaliser les ardeurs de son collègue aux lunettes bleues ! Mercredi dernier, les inconditionnels d’Affaire conclue ont eu droit à une petite démonstration sur France 2. Décryptage.

Une émission qui cartonne sur France 2

Cela fait maintenant 4 ans que le magazine d’enchères présenté par Sophie Davant connaît un succès sans précédent sur France 2. Il faut dire que les téléspectateurs de France Télévisions adorent le concept même de l’émission. Chaque après-midi, ils sont des millions à se retrouver devant l’écran pour visionner de nouvelles enchères, des objets insolites, des candidats aux anecdotes extraordinaires…

Mais si le programme connaît un joli succès, c’est aussi grâce à toute l’équipe : l’animatrice qui accueille les vendeurs, les commissaires-priseurs qui procèdent à l’expertise des objets. Dans la salle des ventes, l’ambiance est également au rendez-vous grâce à Julien Cohen et consorts. Notons qu’en 2020, Pierre-Jean Chalençon, ancien acheteur de l’émission, s’est fait virer à la suite de nombreuses polémiques. Un nouveau venu a alors rejoint le banc des acheteurs, en la personne de François-Xavier Renou.

« Il faut leur infliger une petite correction… »

Mercredi dernier, alors que Julien Cohen a l’habitude de tenir tête à ses collègues de l’émission, il est tombé sur plus fort que lui. En effet, François-Xavier Renou a demandé des précisions à Caroline Margeridon concernant le comportement agaçant de l’acheteur aux lunettes bleues. « Heureusement que moi, je me défends ! » a répondu son interlocutrice, soulagée de pouvoir taquiner son collaborateur de toujours. Aussi l’intervention du nouveau recru a permis de gérer le caractère insolent de Julien Cohen.

Comme le souligne le marchand d’art d’Asie : « Lorsque les gens font preuve de méchanceté, et notamment Julien, il faut leur infliger une petite correction. Comme ce qu’on fait à nos enfants à l’école, lorsqu’ils ne sont pas sages ! ». Immédiatement, l’antiquaire a mis sa punition à exécution en dégainant sa « tapette à Julien Cohen ». Un geste auquel ne s’attendait guère le principal accusé. Et François-Xavier Renou de conclure en déroulant le mode d’emploi de la sanction. Ambiance…