Amel Bent, Vitaa et Camélia Jordana seraient-elles prêtes à confronter Marine Le Pen au cours d’un débat télévisé en direct ? La coach de The Voice vient de faire une révélation surprenante. On vous dit tout !

Au début de la semaine, Yann Barthès avait accueilli le trio explosif formé par Amel Bent, Vitaa et Camélia Jordana sur le plateau de Quotidien. L’occasion pour celles qui vont reprendre le tube « Marine » de Diam’s de faire des révélations inédites sur leur projet en commun. L’interprète de Ma philosophie s’est prononcée sur l’éventualité de « confronter » celle qui est à la tête du Rassemblement National sur le plateau.

« Elles ont massacré la chanson de Diam’s »

La reprise de Marine par Amel Bent, Vitaa et Camélia Jordana crée le buzz depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Les trois célébrités ont décidé de se rendre sur le plateau de Quotidien pour donner plus de précisions sur leur projet. Un passage remarqué, qui n’a pas vraiment fait l’unanimité du côté des téléspectateurs. En dépit de leurs arguments, les trois vedettes de la chanson française n’ont pas réussi à convaincre le public.

Comme en témoignent les commentaires virulents repérés sur les réseaux sociaux : « Elles ont massacré la chanson de Diam’s », « Diam’s stp, ne les laisse plus jamais faire ça ! », » C’est honteux… Camélia quelle gamine, insupportable ». D’autres internautes se sont indignés : « Le trio Vitaa, Camélia Jordana et Amel Bent… Moi qui étais convaincu que 2020 était la pire de toutes les années, 2021 est encore plus cruelle !! ». Et ce ne sont que des échantillons ! Une polémique qui ne décourage pas pour autant les trois principales intéressées, bien décidées à rendre un vibrant hommage à Diam’s.

« On ne parle pas le même langage (…) »

Face à la situation de crise sanitaire actuelle, Amel Bent, Vitaa et Camélia Jordana ont décidé de s’unir pour changer la donne. Au cours de leur passage sur TMC, Yann Barthès leur a demandé : « Vous seriez prêt à débattre avec Marine Le Pen ? ». Et l’acolyte de Vianney de répondre : « Je pense qu’il serait plus sage de ne pas débattre avec elle. De même, faudrait pas qu’elle vienne chanter avec nous. On ne parle pas le même langage (…). À aucun moment elle ne nous fera douter de notre combat ». Voilà qui est dit !