Thierry Lhermitte est connu pour sa mine toujours souriante et radieuse. Mais derrière son sourire se cache une profonde blessure qui le ronge intérieurement depuis plusieurs années. Le point à travers cet article.

Certaines blessures profondes sont difficiles à oublier ! Parfois, on ne se remet pas de la douleur. C’est hélas ce qu’est actuellement en train de vivre Thierry Lhermitte. Lors de son passage dans l’émission « Antidote« , sur le plateau de Michel Cymes, l’acteur de 68 ans s’est confié à coeur ouvert au sujet des ses souffrances. On vous dit tout ! 

« J’ai une hernie discale comme beaucoup de gens (…) »

Les experts donnent à ce phénomène l’appellation « le mal du siècle« . Malheureusement, à l’heure actuelle aucun médicament efficace n’a encore été trouvé. La lombalgie est une pathologie que l’on rencontre fréquemment chez l’être humain. Et Thierry Lhermitte lui, en paye les frais jusqu’à aujourd’hui. Le comédien qui est très investi dans la recherche médicale a fait part de cette blessure. Une souffrance qui lui a mené l’existence dure. Selon son témoignage : « J’ai une hernie discale comme beaucoup de gens. Cela dure depuis plusieurs années, avec des lumbagos, pendant, avant, après« . 

Le port de masque : un gros soulagement pour Thierry Lhermitte

Au cours de son passage sur France 2, il s’est confié un peu plus au sujet de la maladie neurologique, la prosopagnosie. Davantage de détails qui engendrent une perte de mémoire occasionnelle. Résultats, on oublie des visages et certains prénoms nous échappent. Il faut dire que la crise sanitaire liée à l’épidémie de Coronavirus a quelque peu avantagé Thierry Lhermitte. Selon lui, le port de masque représente un avantage dans son cas. 

A ce propos, à la question « Est-ce que le fait de porter un masque rend la vie plus difficile pour un prosopagnosique ? », il a une réponse bien rodée. Sa réplique : « Non du tout ! Car tout le monde a du mal. Et donc quand on me demande : ‘c’est le masque ?’, j’acquiesce sans hésitation, oui, j’ai pas reconnu, c’est le masque« . En voilà au moins une personne à qui les règles sanitaires font plaisir !