Denis Brogniart s’est récemment confié au sujet d’une maladie de nature psychologique qui lui fait souffrir depuis la tragique disparition de son père. PHPA revient sur ce témoignage émouvant pour vous.

Mardi dernier, Denis Brogniart était venu sur le plateau de C à vous, à la suite de l’invitation d’Anne-Elisabeth Lemoine. L’occasion pour l’animateur de Koh-Lanta de faire des confidences bouleversantes au sujet d’un trouble psychologique qui le hante depuis le décès de son père. Une épreuve douloureuse qui a complètement chamboulé son destin. Le point à travers cet article.

« Vous êtes vraiment hypocondriaque Denis ? »

À 53 ans, Denis Brogniart est au summum de sa carrière dans l’univers de l’audiovisuel. L’animateur culte de Koh-Lanta officie pour TF1 depuis une vingtaine d’années et s’illustre également dans d’autres émissions comme Ninja Warrior ou encore District Z. Le compagnon d’Hortense a également sorti un ouvrage intitulé « Un soldat presque exemplaire » le 3 mars dernier. Dans ce livre, il revient sur l’histoire de Stanislas, victime d’un stress post-traumatique après avoir combattu pour son pays.  

Lors d’une récente entrevue pour Ciné Télé Revue, le présentateur a confié : « Dans cette optique, je rencontre des blessés qui ont subi des traumatismes sur le plan physique, mais aussi psychique, ce qui est le cas de Stanislas. Quand il m’a raconté son histoire, je me suis rendu compte que c’était le roman d’une vie ». Cette semaine, il était l’invité d’Anne-Elisabeth Lemoine dans C à vous pour faire la promotion de son chef-d’œuvre. L’occasion pour l’animatrice de 50 ans de lui demander : « Vous êtes vraiment hypocondriaque Denis ? ».

« (…) Je suis persuadé qu’on est proche de très belles découvertes. »

À cette question, Denis Brogniart a répondu : « Effectivement, je suis hypocondriaque. J’ai peur pour ma famille, pour moi-même ». Notons que l’hypocondrie représente un « trouble de la santé mentale » qui se manifeste par une angoisse intense vis-à-vis de la santé d’un individu. Une maladie qui anéantit le père de quatre enfants depuis plusieurs années. Le père de famille enchaîne en affirmant : « J’ai perdu mon père très jeune et forcément, cette tragédie m’a marqué. C’est peut-être la raison pour laquelle je suis très attaché à soutenir les causes et notamment la recherche contre le cancer. Je suis persuadé qu’on est proche de très belles découvertes ».