Enora Malagré est une véritable battante ! Malgré son endométriose, il est hors de question pour la jeune femme de renoncer à son désir d’enfant. Ci-après son témoignage.

Souffrant d’une maladie appelée endométriose, Enora Malagré s’est une nouvelle fois prononcée au sujet de son désir de maternité. Pour l’ancienne chroniqueuse de TPMP, il est hors de question de baisser les bras. On fait le point pour vous !

« (…) Je ne pensais pas qu’un jour je vivrais ça. »

En 2019, Enora Malagré a apporté quelques précisions au sujet de l’endométriose. Au cours de sa prise de parole, elle avait rapporté les symptômes et les conséquences de la maladie. Une pathologie qui touche une femme française sur 10. Comme elle le confie dans son ouvrage intitulé « Cri du ventre » qu’elle a écrit dans le but de briser le tabou à ce sujet.

À ce propos, l’écrivaine souligne : « Mon ouvrage intitulé “mon cri du ventre” est sorti aujourd’hui ! Je ne pensais pas qu’un jour je vivrais ça. Alors merci ! Osons nous exprimer au sujet de cette maladie. Et si ne vous l’avez pas encore lu, c’est l’occasion plus que jamais ! Vous verrez… on y rit aussi ». Des messages qu’elle a écrits récemment sur son compte Instagram. Il faut savoir que cette maladie dont sont également victimes Lorie ou encore Laetitia Millot réduit les chances de procréer.

Enora Malagré se battra jusqu’au bout…

À l’occasion d’une entrevue pour Femme Actuelle, Enora Malagré a affirmé : « Je suis toujours malade, et je n’ai toujours pas d’enfant. Si je ne parviens toujours pas à en avoir, c’est l’adoption qui s’offrira à moi ». Et d’ajouter : « C’est très compliqué dans mon cas, car on passe de dix ans de souffrance à ne pas avoir un bébé, à potentiellement plusieurs années d’attente ».

L’ancienne chroniqueuse de Cyril Hanouna avait déclenché le processus d’adoption. Comme elle le souligne : « Je l’ai fait il y a peu, et je m’attends à ce que la procédure prenne du temps. Je fais ça dans un pays étranger, car en France, c’est plus compliqué. J’attends impatiemment cet enfant béni des dieux ! J’adore le Maroc et je tente d’adopter un enfant là-bas », avait-elle expliqué dans les Grandes Gueules il y a trois ans.