Florent Pagny a récemment confié ce geste héroïque de Pascal Obispo à son égard, à l’époque où il était confronté à de graves problèmes. En effet, le musicien de 59 ans a par le passé été dépouillé par des huissiers de justice. Le point à travers cet article. 

Le week-end dernier, Pascal Obispo s’est prononcé au sujet de l’une des épreuves les plus marquantes de la vie de son acolyte, Florent Pagny. En 2003, des huissiers de justice étaient venus chez lui pour saisir tous ses biens. Heureusement, son ami de toujours était présent pour l’aider à récupérer à temps ce qui lui appartenait…

« Je débourse au minimum un million d’euros d’impôts par an » 

En 2016, l’interprète de « Savoir aimer » était interrogée dans le cadre d’une entrevue pour le magazine Le Parisien. Il a profité de cette occasion pour signaler qu’il a remporté entre 400 000 € et 500 000 € en officiant en tant que coach dans l’émission « The Voice ». Florent Pagny écrit des chansons, réalise des tournées, mais développe également d’autres passions. Parmi elles figure la production de laine ou encore de sérums naturels en Argentine. Avec autant de gagne-pains, le montant des impôts ne cesse de grimper pour le compositeur soixantenaire. 

À ce propos, il a indiqué : « Je débourse au minimum un million d’euros d’impôts par an. Lorsque tout fonctionne en même temps, ça peut monter jusqu’à deux millions en France, en Argentine et à Miami, sous le statut de résident ». Néanmoins, le principal concerné ne s’est pas prononcé au sujet des revenus qu’il gagne chaque année. Quoi qu’il en soit, il précise bien qu’il est « un bon contribuable ». Toutefois, l’artiste n’a encore jamais revendiqué payer ses impôts…

« Les huissiers sont venus aujourd’hui. Je n’ai plus de meuble (…) »

En 2003, Florent Pagny est invité à comparaître devant la justice. Tout s’est passé dans la cour correctionnelle de Paris, à la suite de plusieurs accusations de fraudes fiscales. Des dénonciations qui datent déjà des années 90. À l’époque, le chanteur avait renoncé à rembourser le montant qu’il devait au Trésor public. Résultat, des huissiers de justice sont venus à son domicile pour le déposséder de ses biens. À ce moment-là, il décide de s’orienter vers son acolyte, Pascal Obispo. Ce dernier l’a toujours soutenu dans les bons comme dans les pires moments de sa vie. 

En le contactant, il explique au père de Sean : « Les huissiers sont venus aujourd’hui. Je n’ai plus de meuble (…). Il faut que tu m’aides à les récupérer ». À l’occasion d’une vente à l’encan de ses biens extirpés, Florent Pagny demande à son fidèle ami de les racheter pour lui. Le chanteur lui demande ainsi : « Je vais te donner la liste et tu vas tous les racheter ». Sans la moindre hésitation, son interlocuteur s’exécute. C’est ainsi qu’est né par la suite le fameux morceau « Ma liberté de penser ». De quoi rembourser Pascal Obispo qui lui a écrit la composition.