Lors de son passage sur Europe 1, Julie Gayet s’est confiée au sujet d’un GROS crève-cœur qui a anéanti ses rêves ! On fait le point pour vous…

Dimanche dernier, Pascale Clark avait convié Julie Gayet sur Europe 1. Alors qu’elle apparaîtra le 8 mars prochain dans un clip engagé, l’actrice de 48 ans s’est livrée au sujet de son engagement féministe. Elle a également profité de l’occasion pour partager son indignation suite au Grenelle des violences conjugales.

« Il faut regarder les femmes de la bonne manière lorsqu’elles expriment leurs opinions »

Dans le cadre de la journée mondiale dédiée à la gent féminine, Julie Gayet sera à l’affiche d’un clip engagé baptisé « Regarde-moi bien ». Pour faire part de sa détermination à mettre fin aux violences conjugales, la comédienne a accepté de venir sur le plateau de Pascale Clark. Elle souligne ainsi : « Le message est simple : il faut regarder les femmes de la bonne manière lorsqu’elles expriment leurs opinions (…) ». Et d’ajouter : « Les comédiennes américaines étaient en avance (…). Sur les questions de genre, chez nous, on en était encore aux balbutiements ». 

Si la principale intéressée est fière de l’engouement de ce mouvement féministe, elle est cependant déçue face au manque d’initiative de la part des autorités. « Après MeToo, il y a eu 30 % de plaintes complémentaires. À présent, il faut des moyens pour nous écouter sur le terrain (…) » a-t-elle précisé. Ensuite, la compagne de l’ancien Président de la République s’est prononcée au sujet du Grenelle des violences conjugales. À ce propos elle a déclaré : « Ce fut un espoir de taille et une profonde déception. On lui a dit ce qu’on avait à dire puis on a vu qu’elle n’avait aucun moyen. On ne les lui a pas donnés ou alors elle n’a pas su les prendre (…) ».

« Rien n’a été débloqué (…) »

Au mois d’août dernier, Julie Gayet avait dénoncé la décision de Marlène Schiappa au micro d’Europe 1. À l’époque, elle avait mentionné : « Ça a été une lourde déception quand après ce Grenelle, rien n’a été débloqué (…) C’est un échec de Marlène Schiappa, ça c’est sûr. On attend de savoir quelle sera sa réaction à ces statistiques, car c’est très violent. Maintenant, on veut de l’action et des moyens ».