Jeudi dernier, Bruno a remporté sa 100e victoire dans Les 12 Coups de midi. Le champion de TF1 dépasse ainsi « Tata Véro » et s’inscrit dans le carré des plus grands maestros de l’émission.

Les inconditionnels des 12 Coups de midi ont pu assister à la 100e participation de Bruno cette semaine sur TF1. Une journée marquée par un duel corsé avec Andréa, Noël et Marine. À l’issue de l’épreuve, le champion de Jean-Luc Reichmann a détrôné Véronique à la quatrième place du classement. Reste à savoir quand il va monter sur la marche du podium…

Le maître de midi déchire tout sur TF1

À l’occasion de ce nouveau match, Andréa était tombée dans le rouge. Ce qui ne lui laissait aucune chance d’aller plus loin dans l’aventure sachant que la question de Noël concernait le dessin animé Lucky Luke. Noël non plus n’a pas réussi à échapper au rouge. Il a pris une décision qu’il a vite regretté en tentant de défier le champion de midi. C’est donc sans surprise que celui-ci a réussi à répondre juste à toutes les questions.

L’interprète de Léo Matteï avait en effet posé des questions auxquelles Bruno n’avait eu aucun mal à répondre. À savoir la langue la plus parlée en Colombie entre l’anglais, le français, l’espagnol et l’italien. En dépit du lancement de la pub pour faire durer le suspense, les téléspectateurs savaient déjà d’avance que le protégé de Jean-Luc Reichmann allait répondre juste…

Bruno fait vibrer la gent féminine sur La Une

Une fois que Bruno a soutiré les gains de Noël, Marine a pris l’eau à l’occasion du coup fatal. Plus tard, la 100e du « Fifou Dingo » a pris la forme d’une promenade de santé. Malgré tout, il s’est planté pendant l’étape du coup de maître pour renflouer 1 500 euros de plus. Enfin, devant l’étoile mystérieuse, le champion en titre a misé sur Tomer Sisley, mais les dix-huit cases encore manquantes l’ont induit en erreur.

Dans le cadre de sa 100e participation aux 12 Coups de midi, Bruno a été suivi par 3,42 millions de téléspectateurs. Ce qui équivaut à une part de marché de l’ordre de 34,8 % du public. Notons que 22 % d’entre eux sont des femmes travaillant en tant que responsables des achats.