Pierre-Jean Chalençon, l’ancien acheteur d’Affaire conclue a quitté l’émission notamment à cause d’un désaccord avec Line Renaud. Mais que s’est il véritablement passé entre les deux rivaux pour en arriver à ce point ? On fait le point pour vous !

Aux dernières nouvelles, Line Renaud serait en partie responsable de l’expulsion de Pierre-Jean Chalençon du célèbre magazine d’enchères de France 2. Pour rappel, le spécialiste de Napoléon avait quitté Affaire conclue au mois de juin dernier, à la suite de plusieurs polémiques. Aujourd’hui, une part de vérité sort au sujet de son départ de l’émission présentée par Sophie Davant

Pierre-Jean Chalençon se lâche

Pierre-Jean Chalençon avait contribué au succès d’Affaire conclue à l’époque où il faisait partie des acheteurs. Plusieurs mois après son éviction, il se livre à cœur ouvert lors d’une récente entrevue pour Ici Paris. Les journalistes du magazine ont profité de cette occasion pour l’interroger au sujet de ses relations tendues avec Line Renaud. Il semblerait en effet que l’actrice nonagénaire soit à l’origine de son éviction de France Télévisions.

Comme le souligne le faux sosie de Michel Polnareff dans son discours : « Ça, j’en suis convaincu ! Je n’ai rien contre elle, c’est une sacrée bonne femme. Mais c’est déraisonnable de croire qu’elle est bienveillante ». Celui qui est actuellement au cœur de la polémique des dîners clandestins a également fait savoir que : « Parfois les gens ne sont pas aussi beaux que l’image qu’ils reflètent ».

« Qui prend soin de Napoléon ? Moi ou Line Renaud ? »

Pierre Jean Chalençon a également profité de sa prise de parole pour exprimer un profond regret. En effet, le propriétaire du Palais Vivienne se sent mal après que Stéphane Bern l’ait ignoré lors d’un programme dédié à l’empereur dans Secrets d’Histoire. Comme l’affirme l’ancien collègue de Julien Cohen : « Qui prend soin de Napoléon ? Moi ou Line Renaud ? Personne ne m’a appelé, c’est dommage ! Ils ont préféré contacter Caroline Margeridon. C’est drôle ! La pauvre, elle ne savait rien sur Napoléon, elle a parlé de Bokassa (…) ».