Les scoops au sujet de Meghan Markle ne cessent de se multiplier ! Aux dernières nouvelles, la duchesse de Sussex aurait balayé d’un coup sec de multiples faveurs accordées par Elizabeth II.

Meghan Markle ne cesse de créer le buzz ces derniers temps. Selon un article récent paru dans The Daily Mirror, la femme du prince Harry aurait décliné plusieurs faveurs accordées par la Reine Elizabeth II lors de son mariage. On fait le point pour vous !

La Reine Elizabeth II a donné le champ libre au couple Sussex

Les parents du petit Archie semblent avoir sali à jamais l’image de la couronne britannique. Lors de leur entretien avec Oprah Winfrey, pour la chaîne américaine CBS, les deux tourtereaux ont fait plusieurs révélations fracassantes. Mais ce n’est pas tout ! Selon un article rapporté par The Daily Mirror, qui date du début de cette semaine, la Reine leur aurait accordé plusieurs faveurs.

Selon cette publication : « On leur a donné une certaine latitude. On leur fournit des billets de première classe. Ils devaient ensuite choisir leur lieu de destination. Nous allons faire de vous des ambassadeurs de la jeunesse pour le Commonwealth ». Toujours selon les nouvelles repérées dans les colonnes du magazine : « En toute justice envers la maison royale, en toute justice envers la reine, elle leur a offert cette chance de choisir leur destinée, d’aller là où bon leur semblait ».

« Je pense qu’aucun d’eux n’a pensé qu’ils auraient dû le faire »

Lorsque la fille de Doria Ragland s’est mariée avec le Prince Harry, sa belle-famille l’a autorisé à poursuivre sa carrière de comédienne. Ce qui inclut sa participation dans le célèbre feuilleton américain « Suits ». Comme le souligne The Daily Mirror: « Ils ont expliqué à Meghan, si vous ne souhaitez pas assumer les fonctions royales à temps plein, soyez notre convive et poursuivez votre métier d’actrice ».

Une proposition que la Meghan Markle avait alors déclinée. Selon Andrew Mortin, les deux amoureux ne se sont pas suffisamment remis en question au sujet des alternatives qu’ils avaient à leur disposition. Ce qui aurait pu leur permettre d’éviter certains désagréments. Comme le souligne le spécialiste : « Je pense qu’aucun d’eux n’a pensé qu’ils auraient dû le faire ».