Prochainement dans Plus belle la vie, les rapports entre Jacob et Camille vont prendre une nouvelle tournure. D’autre part, Eugénie se retrouve dans l’obligation de payer le prix fort à la suite des agissements du commissaire Cissé. Ce dernier ne cesse de se montrer impitoyable envers les médias.

Les regards sont principalement braqués autour de Jacob et Camille depuis plusieurs jours dans Plus belle la vie. En effet, la sœur d’Emma a été retenue prisonnière par le jeune homme des années durant. La mère de Mathis tente tant bien que mal d’obtenir la confiance de la victime, mais le ravisseur n’a pas dit son dernier mot. Comment les choses vont-elles évoluer pour Camille ? 

Emma prend les choses en main

Mathis et Baptiste ont pris l’initiative de s’installer de manière provisoire à l’hôtel, en attendant que Jacob soit neutralisé. Emma retrouve son compagnon et son fils au cours d’une balade. Elle profite de l’occasion pour partager ses incertitudes quant au fait de renouer les liens avec sa sœur. La boxeuse estime avoir surestimé ses énergies, d’autant plus que Camille continue à garder contact avec son kidnappeur.

Une prise de bec éclate entre les deux sœurs. Camille est remontée contre Emma et lui rappelle au passage l’un de ses anniversaires au cours duquel Jacob avait fait imprégner la lettre « J » sur sa peau. Un symbole de leur liaison éternelle. Plus tard, la situation prend une tournure inattendue.

Alors qu’Emma s’écroule en pestant d’avoir tout gâché concernant l’éducation de son fils, sa sœur tente de la réconforter. Dépassée par les événements, elle décide d’envoyer un SMS à Jacob et demande à le voir au plus vite. Il s’agit en fait d’un piège pour aider la police à coincer le ravisseur pour de bon. Emma est-elle honnête dans son jeu ?

Eugénie finit derrière les barreaux

Eugénie, de son côté, est la malheureuse victime des actes dépassés du commissaire Cissé. Ce dernier a en effet pris l’initiative de prendre exemple sur l’ex-patron de Sacha qui a mené à tort l’enquête. Il menace Revel de quitter son poste si la journaliste n’est pas interrogée et emprisonnée aux Beaumettes. Patrick Nebout, qui ressemble de la pitié pour la jeune femme, essaie de la rassurer en lui expliquant qu’elle ne sera pas coincée longtemps sous les verrous.