Le prince Harry a décidé de rétablir la vérité concernant le montant qu’il a réellement touché sur les 70 millions de la reine mère ! On vous explique tout en détail !

Le 7 mars dernier, le Prince Harry avait confié à Oprah Winfrey lors de leur entrevue que la famille royale ne lui accordait plus un sou. Mais quelques jours après, on apprend qu’il a reçu un héritage valant des millions d’euros. Face à l’ampleur de la polémique, le mari de Meghan Markle a décidé de faire une grosse mise au point. Le point à travers cet article.

8,5 millions de livres accordés par Lady Diana

Le 30 mars dernier, un scoop choc éclate au sujet du couple Sussex. En effet, on apprend que le prince Harry et son frère se seraient partagé un montant de 14 millions de livres sterling. Une somme qui a grimpé jusqu’à 20 millions de livres sterling lorsqu’on y inclut les investissements des conseillers royaux. À l’époque, on a également découvert que la majeure partie de ce pactole était destinée au père d’Archie. Ce dernier, semblait-il, aurait plus besoin de l’argent que son frère aîné.

Mais un proche de la famille royale vient de contredire cette version. Le témoignage de ce dernier est d’ailleurs visible dans les colonnes du magazine Forbes où l’on peut lire que le principal intéressé ne bénéficiait d’aucun héritage de la reine mère. Le mari de Meghan Markle supporterait donc tout seul ses charges depuis qu’il a quitté la maison royale britannique. Au cours de son interview avec Oprah Winfrey, ll avait déclaré publiquement qu’avec son épouse et leurs fils, ils vivaient « grâce à l’argent laissé par sa mère ». Soit 8,5 millions de livres.

Le prince Harry vide son sac

Et ce n’est pas la première fois que le fils de Lady Diana s’explique auprès du public. Le jour suivant ses déclarations décriées, le prince Harry a tenté de rectifier le tir. Selon des nouvelles rapportées par le magazine, Daily Beast, il avait fait des aveux étonnants. En effet, il souligne qu’avec sa compagne, ils s’étaient dit oui bien avant la cérémonie de mariage officielle, en présence d’un prêtre de Cantorbéry. Des échanges de vœux discrets, entamés trois jours avant l’évènement officiel.