Il est temps pour Linda Hardy de remettre les pendules à l’heure. Après avoir été mise à la porte par TF1, l’héroïne de Demain nous appartient critique violemment le groupe télévisé. On vous dit tout !

Les inconditionnels de Demain nous appartient connaissent parfaitement Linda Hardy (alias Clémentine Doucet). Après avoir participé au feuilleton de Sète pendant plusieurs années, l’actrice de 47 ans s’est fait virer par la chaîne. Aujourd’hui, elle brise le silence sur les raisons de son licenciement inattendu par TF1

« La décision ne vient pas de moi »

L’aventure DNA s’achève brutalement pour Linda Hardy, l’actrice qui incarne avec brio le rôle de Clémentine Doucet. Une triste nouvelle qui a complètement retourné les fans du feuilleton sur les réseaux sociaux. Mais alors que la production a déjà prévenu de son départ, on ignorait jusque-là les réelles raisons de son départ. Aujourd’hui l’héroïne brise le silence dans le cadre d’une récente entrevue pour Télé 7 Jours.

Dans son témoignage, l’ancienne collègue d’Ingrid Chauvin confie : « Oui, je quitte le feuilleton, même si je n’aime pas utiliser ce terme, car la décision ne vient pas de moi ». Et la séduisante brune élue Miss France en 1992 d’ajouter : « Les circonstances actuelles sont difficiles pour tout le monde, et je ne souhaite pas passer pour la comédienne qui est bien dans son travail, mais qui décide de s’en aller quand même. Ce serait injuste envers tous ceux qui sont en difficulté. Je ne veux pas que l’on me dise : “Pour qui elle se prend ?” ».

Linda Hardy se lâche sur les raisons de son départ

Obsédée par l’image qu’elle souhaite véhiculer au public, Linda Hardy enchaîne son explication en soulignant : « C’est la volonté des producteurs, qui étaient, peut-être, en panne d’inspirations concernant Clémentine. (…) Si l’on m’avait donné le choix, je serais restée. Ce personnage, je l’adore… ». L’ancienne figure de la beauté conclut sa prise de parole en affirmant : « Certes, je respecte leur décision. Ce sont des choix stratégiques (…). Lorsqu’on joue dans un feuilleton comme Demain nous appartient, il faut s’attendre à ne pas y rester longtemps ».